Broderie inspirée de Jean Cocteau


 

Ils, dessins érotiques de Jean Cocteau - broderie érotique
Jean Cocteau - Broderie érotique (broderie sur lin)

 

J'aime à citer Jean Cocteau lorsqu'il déclarait - non sans une certaine « pointe d'ironie » - « à force d'aller au fond des choses, on y reste »... Le double sens de cette phrase n'échappera qu'aux néophytes et aux naïfs. Et aux enfants, qui découvriront sans doute, émerveillés, Jean Marais en grand dress-code dix-septième siècle lorsqu'il donne la réplique à Josette Day dans « La Belle et la Bête ».

Mais les « fairy tales » ne sont certainement pas qu'un concept littéraire, chez Cocteau. Au sens premier, Jean Cocteau raconte bel et bien des histoires de fées - à savoir des histoires gay. Son trait, reconnaissable entre mille, a marqué toute une époque. Son génie, incontestable et tapageur, a semé le trouble partout où il s'est manifesté. Une solide campagne de désinformation a longtemps censuré les aspects ouvertement homosexuels de son oeuvre : il a fallu attendre de longues années après sa mort pour que sortent enfin du placard les dessins « scandaleux » de cet « enfant terrible » du 20ème siècle. Une ré-édition de l'ouvrage « Ils, Dessins érotiques de Jean Cocteau », présenté par Annie Guédras, est parue en 2009 aux éditions Le Pré aux clercs. Notons tout de même que cette ré-impression a changé de couverture : le dessin d'un couple d'hommes nus en pleine séance de masturbation a été remplacé par une illustration très sage d'un homme seul, debout, mi-habillé mi-dévêtu. Notre époque est décidément au retour de la censure « larvée »...

C'est sans doute la raison pour laquelle j'ai délibérément choisi de traiter un gros plan de fellation pour le tout premier dessin de Jean Cocteau que j'ai brodé. Je combats les effets sournois de la pensée propre avec l'arme que j'aime le mieux : la vérité toute nue.

Pour ce travail, somme toute assez simple à réaliser, j'avais décidé d'explorer un nouveau support : le lin. Je souhaitais me rapprocher le plus possible de la texture d'une toile à canevas car l'ouvrage devait être monté sur un châssis, exactement comme une toile peinte. Je l'ai offert, une fois terminé, à un Maître de mes amis que j'apprécie énormément et qui n'est pas insensible aux charmes de l'amour entre hommes.

Puisque le sujet était relativement peu technique, j'ai concentré tout le travail des détails sur la verge - et surtout sur le gland - du personnage de gauche. C'est tout naturellement que j'ai adapté le style de Cocteau en une version « japonisante ». J'étais en effet, au moment où je brodais l'ouvrage, en pleine recherche sur des shungas. L'influence de l'ukiyo-e dans cette première réalisation d'un dessin de Cocteau n'est donc absolument pas un hasard.

Je garde un excellent souvenir de ces premières heures passées en compagnie d'un dessin de Cocteau. L'émotion que j'ai ressentie en brodant reste très vive : chaque fois que je reviens à la photo de l'ouvrage, je me souviens de ces instants un peu magiques au cours desquels un poème de fil naissait sous mon aiguille. Alors que je ne pensais réaliser qu'un seul modèle, n'ayant pas vraiment de goût pour l'iconographie gay, je me suis surprise à rechercher d'autres oeuvres adaptables... La gayté de Cocteau serait-elle contagieuse ?!

 

 

alt
Jean Cocteau - Broderie érotique (broderie sur lin)

 

 


Animé par Joomla!. Valid XHTML and CSS. Created by Miriam Blaylock.