Lectures érotiques - XXè siècle


La Demoiselle de Compagnie de Catherine Nox Imprimer
Lectures érotiques - XXè siècle
Écrit par Miriam   

 

La Demoiselle de Compagnie par Catherine Nox

 

 

Sur la quatrième de couverture de l'ouvrage, l'on peut lire en exergue la petite citation suivante : « Qu'est-ce que la mauvaise herbe ? Celle qui pousse sans qu'on la sème : la mauvaise herbe des vilains rêves... Mais les vilains livres que vous trouverez dans « La Mauvaise Herbe » ont tous été « rêvés » par de bons écrivains. »

Pour l'abondante collection publiée par les Éditions Sabine Fournier, je serais bien en peine d'infirmer ou de confirmer l'affirmation qui précède, n'en ayant rien lu. Mais en ce qui concerne le premier roman de Catherine Nox, une chose est certaine : c'est la plus stricte vérité. Cependant, avant d'en venir au traditionnel résumé, je précise que la collection de La Mauvaise Herbe et les Éditions Sabine Fournier sont à ma connaissance totalement offline. L'on retrouve bien des traces ici et là, notamment sur le blog d'Olaf Boccère, qui illustra quelques livres de la collection Les Aphrodisiaques, dirigées par Esparbec (Georges Pailler, de son vrai nom). Ou encore, dans les archives (2006 !) de la rédaction de Sentiment Moderne, par Agnès Giard, un petit article sur le Salon du Livre de Paris où ledit Esparbec était présent en tant que directeur d'édition. Voilà en gros pour le contexte, passons donc au roman proprement dit.

Et proprement dit, c'est bien le cas de le dire. Car, sous un titre très anodin, dont usèrent avant elle Agatha Christie et Georges Simenon, pour ne citer qu'eux, Catherine Nox a écrit un roman particulièrement corsé, non sans user d'une arme redoutable : l'écriture la plus simple qui soit. Il y a, chez Catherine Nox, un sens de la narration graduée qui n'est pas sans me rappeler I married a dead man de William Irish (si remarquablement porté à l'écran par Robin Davis, avec une Nathalie Baye au sommet de son art). Toute l'atmosphère du roman hésite entre l'iconoclaste à la Bertrand Blier et le touchant de Claude Sautet. Car, il faut le souligner, le roman tient beaucoup plus du synopsis de long métrage que de la littérature : toute la densité, toute l'intense richesse visuelle du style de Catherine Nox feraient sans aucun doute merveille à l'écran.

Venons-en à la trame, qui est aussi dépouillée que le style. Claire, une jeune orpheline, élevée par sa tante et abusée par ses cousins, monte de Carcassonne à Paris. Après un petit boulot vite perdu, elle tente de ne pas sombrer dans la mendicité et accepte une place en tant que « demoiselle de compagnie » dans une famille aisée du Vésinet. Il s'avère bien vite que l'idiot dont elle doit s'occuper est en réalité un obsédé sexuel insatiable et que la mère de celui-ci est une sadique grand teint. Commence alors une longue descente aux enfers, décrite dans les moindres détails, et dont je tairai l'épilogue, pour ne gâcher le plaisir à personne.

Et le plaisir est au rendez-vous, tout au long des cent cinquante-huit pages de La Demoiselle de Compagnie; plaisir qui tient autant à la fluidité de l'écriture qu'à celle du récit. Chaque chapitre va crescendo vers le suivant, en une succession de scènes somme toute bien banales, en termes de fantasmes érotiques, mais que la voix de la protagoniste principale transcende à chaque instant, avec une sincérité et une vulgarité qui font tout l'intérêt du roman.

Au final, La Demoiselle de Compagnie, c'est un petit ouvrage à la couverture gris clair, au titre tout bête, mais qui retourne son monde, tout en "douceur". Magistral.

 
La Liste de Nurse Jones Imprimer
Lectures érotiques - XXè siècle
Écrit par Miriam   

 

La Liste de Nurse Jones

 


La Liste est un OVNI littéraire de la planète web. Publié à l'origine sur un groupe de news (alt.sex.bondage) à l'époque préhisto-web (1991), La Liste est un récit BDSM autobiographique dont la renommée parmi les geeks de mon espèce n'est plus à faire. C'est d'ailleurs à un geek pur jus, Cyprien Luraghi, que l'on doit la traduction française des aventures de Nurse Jones. Cette traduction, protégée par copyright auprès de la SGDL, fut longtemps disponible sur la première version du site de Cyprien Luraghi, aujourd'hui inactive. Désormais, les amateurs pourront suivre la nouvelle version bloguesque des carnets littéraires de notre cyber-écrivain très énervé (et que j'ADORE : Cyp est une plume, une vraie !). Pour les anglophiles, The List, accompagnée de 85 billets publiés par l'auteur sur ASB, ÉTAIT disponible sur le site Geocities de Monsieur Peter Hoban, sous forme de fichier zippé. Geocities ayant disparu à jamais dans les limbes du web, écrivez-moi si jamais cette version originale vous intéresse. J'attire l'attention du visiteur sur le fait que les textes, même s'ils n'ont pas été imprimés par une maison d'édition, sont bien entendu protégés par la législation sur les droits d'auteur. C'est la raison pour laquelle je renvoie les amateurs à la source : n'ayant pas le droit de reproduire La Liste, je m'en abstiens comme il se doit. Si chacun pouvait agir de même, ce serait merveilleux...


Donc La Liste, en résumé, est une histoire d'amour toute simple. Un homme et une femme, une rencontre, une séparation, des retrouvailles et le grand saut dans la vie à deux. Voilà, en gros, pour les dix premières pages. Ensuite, un récit commence : le compte-rendu détaillé des péripéties de nos deux tourtereaux, fraîchement établis dans leur nouvelle demeure, tandis qu'ils concrétisent, un point après l'autre, le programme concocté par leurs soins sous forme de liste, en parcourant toute la gamme de leurs fantasmes. De la nudité aux lavements, le crescendo est subtil et d'une sensibilité telle que, pour tout lecteur "non vanille" normalement constitué, l'émotion est forcément au rendez-vous.

En ce qui me concerne, je pourrais très difficilement expliquer, sans me mettre à nu, le déchirement puissant qui me taillada le coeur le samedi 19 février 2005, lorsque je commençai de lire La Liste. Aussi n'entrerai-je pas dans les détails et me contenterai-je d'écrire gris sur bordeaux toute l'admiration que j'ai pour ce récit.

Il faut tout d'abord resituer La Liste dans son contexte : en 1991, publier sa vie privée sur Internet, en allant jusqu'aux tréfonds les plus intimes, n'était pas chose aussi courante qu'aujourd'hui. On pourrait affirmer que la femme qui eut le courage de se lancer dans un tel challenge, même sous le couvert d'un pseudonyme, ne manquait pas d'une certaine force intérieure. Ni de motivation. Ni d'Amour, car c'est bien de l'Amour d'une femme pour un homme qu'il s'agit, bien avant l'amour d'une soumise pour son Maître.

Ensuite, et je parle autant de l'excellente traduction de Cyprien Luraghi que de la version originale en anglais américain, La Liste est un magnifique bouquin de cent quarante pages, bien qu'elle n'ait jamais été publiée sur un support papier traditionnel. Le récit, rédigé sous forme de journal, tient autant du "stream of consciousness" que de la nouvelle érotique; à ceci près que le medium de publication a fortement influé sur la trame narrative, en permettant des flash-backs et des flash-forwards, axés sur le délai entre les événements et leur consignation, puis entre la sauvegarde des billets et leur publication sur le newsgroup. Ce qui donne à la continuité narrative un petit parfum d'Amérique très prononcé - mais néanmoins délicieux.

Mais surtout, et c'est là que La Liste s'affirme en tant qu'oeuvre littéraire, le style de Nurse Jones est tout de précision, d'inventivité, d'humour et de poésie. Sans éluder le moins du monde les côtés ridicules, maladroits, douloureux ou humiliants de son expérience, la narratrice parvient à séduire le lecteur en trois paragraphes à peine, dans une sarabande ininterrompue de sexe, d'auto-dérision et de critique acerbe de la morale judéo-chrétienne. C'est vif, c'est direct comme seuls les américains savent l'être; en bref c'est drôle et c'est vrai. Un cocktail détonnant qui, venant d'une complète novice en la matière, ne peut qu'inspirer le respect.

Enfin et c'est à mes yeux le principal, La Liste, entre les lignes, donne une solide leçon de BDSM bien tempéré, du moins tempéré tel qu'il devrait l'être dans l'idéal (ce qui est malheureusement parfois loin d'être le cas). Aussi ne puis-je que conseiller avec véhémence, à toutes celles et à tous ceux que l'aventure d'une relation d'échange de pouvoir séduirait, de se plonger dans la lecture de La Liste séance tenante...

La Liste, c'est ce qu'une relation de Maître à soumise devrait toujours être : un magnifique chemin de partage, de confiance absolue, de tendresse par-delà les dogmes et d'Amour avec un "A" vertigineux. Car, n'en déplaise à certains énergumènes, la négociation n'est jamais une formalité castratrice et emmerdante. Le respect des limites doit évidemment demeurer une loi d'airain inconditionnelle et absolue. La confiance totale d'une soumise ne doit jamais se muer en un levier pratique, sur lequel appuyer une manipulation mentale, à des fins de jouissance sexuelle ou de mise en valeur d'un égo surdimensionné.

Lisez La Liste, dès lors; c'est un récit dont on sort grandi, humainement et métaphysiquement. Intéressé par un exemplaire ? Contactez-moi ou contactez Cyprien Luraghi : lurapuy*nepasécrirececi*@gmail.com.

 
L'Organiste de France Viceroy Imprimer
Lectures érotiques - XXè siècle
Écrit par Miriam   

L'Organiste - Première de couverture  L'Organiste - Quatrième de couverture


Paru aux Éditions de La Table Ronde en 1970, l'Organiste est à ma connaissance le premier (et le seul) roman écrit par France Viceroy. Sur l'auteur, après quelques rapides recherches, je n'ai encore rien trouvé, si ce n'est que, dès sa sortie en avril, L'Organiste fut interdit de vente et d'exposition aux mineurs - en France. Encore que, mes sources soient en l'occurrence peu dignes de foi; il faudrait donc procéder à une vérification soigneuse.

L'Organiste, c'est un roman de 251 pages, dont les personnages se rejoignent et se croisent lors d'une "soirée" privée. Traduire : une partouze échangiste. Pour chaque femme, un chapitre : sa vie, les raisons (ou plutôt les déraisons) qui l'ont fait participer à cette fameuse soirée et la description minutieuse de sa rencontre avec l'Homme, celui qui occupe le rôle enviable du héro; un beau ténébreux balafré, membré à la Rocco Siffredi et capable, grâce à certaine technique de yoga tantrique, de retenir indéfiniment son plaisir. Résumé de cette façon, L'Organiste pourrait apparaître comme une improbable bouse. Et pourtant, on est loin du compte.

En tout premier lieu, et cela n'engage que moi, j'ai un peu de mal à croire que l'auteur soit une femme, comme son nom semblerait l'indiquer. D'ailleurs, le nom en question m'a tout l'air d'un magnifique pseudonyme : pervers et narquois, ainsi que je les adore. Mais enfin, posons que la plume derrière l'Organiste soit bel et bien une femme. C'est indubitablement un auteur que cette femme; un auteur qui s'amuse d'un bout à l'autre du roman, cabotine, pour finir par se payer le luxe de convier Emmanuelle Arsan au détour d'un paragraphe, avant de la renvoyer avec une moue insatisfaite. Viceroy, qui qu'elle (qu'il) soit, nous donne à voir, dans une débauche de détails (c'est le cas de le dire), le milieu échangiste avec une précision parfaite et une distance légèrement condescendante, qui insuffle au roman une grande partie de son charme.

Ensuite, la galerie de personnages me paraît tout droit sortie des carnets d'un thérapeute ou d'un psychanalyste : cela sent le socio-reportage à plein nez. Nul doute qu'une grande partie, sinon la totalité, des profils en présence ne soient, hormis le héro (quoique...) rigoureusement inspirés d'histoires vraies. Pour avoir une excellente connaissance du milieu échangiste décrit par l'auteur, avec 20 ans de décalage, il est vrai, je ne puis douter que les tranches de vies servies dans l'Organiste ne soient ouvertement biographiques. Je n'irai pas jusqu'à prétendre "autobiographiques", mais je n'y mettrai pas deux sous à parier !

Pour terminer, je dirais qu'à mon avis l'Organiste est un parfait modèle de misogynie crasse, de mauvaise foi crânement assumée et de réflexions glaciales sur le conservatisme bourgeois et bien-pensant - conservatisme dont pourtant le roman ne se défait qu'à grand peine - s'il s'en défait jamais. C'est délicieusement incohérent, c'est l'échangisme dans ce qu'il a de plus attendrissant, c'est toute l'histoire d'hommes et de femmes qui jouent à cache-cache avec leurs angoisses et leurs propres limites.

Autant l'écrire tout bêtement : j'ai dévoré l'Organiste en deux heures et j'ai adoré ce bouquin dès la toute première page. Le cynisme coquet de l'auteur, les clichés en pagaille, les considérations tantriques très Seventies sur le sexe en groupe : je ne regrette décidément pas d'avoir (encore) rampé sous une table pour dénicher ce bouquin à la couverture violette, qui vaut à elle seule le détour. A se procurer sur le web illico presto.

 
Les Dessins érotiques de Jean-Marie Poumeyrol Imprimer
Lectures érotiques - XXè siècle
Écrit par Miriam   

 

Dessins érotiques de Jean-Marie Poumeyrol - Première de couverture

 

Parti de la gravure sur zinc, pour évoluer vers les cartes à gratter et enfin vers le dessin, où il excelle à la manière d'un Hans Bellmer ou d'un Balthus, Jean-Marie Poumeyrol deviendra le magnifique peintre hyper-réaliste que l'on sait. Cet ouvrage sur ses dessins érotiques (période de 1969 à 1972) permet à l'amateur de plonger aux sources de son inspiration : rien de sage ni de facile. Raymond Borde, dans son excellente introduction à l'ouvrage, souligne l'extrême virtuosité de Poumeyrol; mais il dénonce surtout un certain art mercantile :

 
"Non seulement la peinture minutieuse est devenue un art maudit, parce qu'elle ne rentre plus dans les besoins rapides de la consommation, mais encore les recettes et les tours de main, accumulés dans les ateliers depuis la découverte de la perspective, ont cessé de se transmettre. Un langage a été bloqué à la frontière. Or cet état de décrépitude où se trouve le métier de peintre coïncide, chez les amateurs chaque jour plus nombreux - et d'autant plus nombreux qu'ils sont plus jeunes - avec le sentiment que la peinture qu'on leur propose est ennuyeuse, rudimentaire, insignifiante. Ils sont indifférents au souvenir des luttes que les cubistes ou les abstraits ont pu mener contre l'art des salons. Ils ne partagent pas un système de valeurs où la lenteur d'exécution, le pinceau à deux poils, le trompe-l'oeil et le glacis étaient assimilés à l'académisme, tandis que le salopage voulait dire liberté et la couleur, ivresse."
 
Critique limpide, exprimée avec presque quarante ans d'avance sur le grand retour du figuratif.

Les Dessins érotiques de Jean-Marie Poumeyrol : un livre indispensable, pour les amateurs éclairés.

 

 

 
Pauline Réage - Histoire d'O Imprimer
Lectures érotiques - XXè siècle
Écrit par Miriam   
Ma première lecture d'Histoire d'O remonte à l'hiver 2002. Par quel mystère ma route n'avait-elle jamais croisé le chemin de cet immense chef-d'oeuvre, alors que Sade et moi étions depuis si longtemps familiers ? Il serait difficile de répondre à cette question. Toujours est-il que certaines lectures infléchissent le cours d'une vie. L'Histoire d'O fut, à cet égard, un voile qui se déchire sur ce que le métier d'écrivain a de plus troublant et de plus sauvage : l'on écrit d'abord avec ce que l'on est.
 
Je conserve un respect et une gratitude particulières pour Anne Desclos, qui a offert au public, sans la moindre pudeur, un récit de cette trempe. Il faut se laisser prendre par son Histoire d'O. Sous l'extrême virtuosité technique de l'écriture, ce sont des hurlements bruts, que l'art de la litote porté à son paroxysme parvient bien mal à dissimuler.
 
Récit d'une rencontre :
 
Histoire…

A l’abri, à l’abri dans la cave, la nuit enrobe si fort et de si longtemps les heures que le temps semble être écartelé et suspendu. Suspendu dans la cave où je repose, La Chaîne enroulée à la taille. Les Maillons se sont imprimés dans ma chair et s’y sont échauffés jusqu’à devenir brûlants. Les Mots se sont imprimés dans mon âme et s’y sont éparpillés jusqu’à devenir haletants. L’Eau est moire et dans ma nuit, l’Histoire est un rêve qui m’enchaîne, mieux que La Chaîne, à devenir…

L’Eau glisse tout d’abord, Eau fantasque, Eau claire sur les pierres qui affleurent à l’épiderme de mon corps vierge. Puis, en quelques phrases terribles et légères, l’Eau plonge dans la faille entrouverte et se fraye son chemin de douleur, jusqu’à ces profondeurs affreuses d’où sourdent toutes mes peurs. L’Eau implacable, sœur de la poussière qui ne sut pas m’atteindre, a creusé dans ma chair ses invisibles traces.

Cet Onirisme, ces traînées rouges, ces réduits noirs, ces scènes d’obscénité, ces torsions et ces tortures du verbe qui se refuse à dire mes mots… toute cette Histoire enfin prend possession de moi. Les hommes se succèdent, les questions inutiles : qui est cette Eau cascadant en silence, vers le cœur et les entrailles des êtres sur qui elle glisse ? Elle est ce que l’on redoute qu’elle soit, protéiforme et incolore, se teinte du sang qui enflamme les joues, se mêle aux larmes qui inondent les yeux, se parfume à l’âcreté de la sueur qui avilit le corps, se dissout enfin dans l’acide qui me tord sur ma couche et me suffoque aux vapeurs immondes de mon eau souterraine.

Mon eau sous La Chaîne, sous ma peau, sous mon corps, sous mon ventre, sous mon âme, sous mes pierres, mon eau qui, en tourbillonnant, fond ses volutes obscures à celles de l’autre Eau. Elles se contaminent. Elles se touillent et s’accouplent, elles se confondent enfin dans un cri de détresse. Dans un regard éperdu dont l’incroyable jouissance m'a jadis pénétrée et lacérée d'épouvante.

J’abandonne l’Histoire à deux gouttes de sa fin, ne voulant, ne pouvant vivre au-delà du monstrueux épilogue que je devine, pourtant. D’un bond j’arrache mes membres fiévreux et tremblants au refuge illusoire que j’avais cru trouver. Je me soutiens à peine, souffle court, cœur battant, genoux incertains, déterminée, dans le choc sonore de La Chaîne s’écroulant à mes pieds, à ne plus rouvrir jamais ces abysses infernales.

L’Histoire abandonnée gît sur mes draps défaits. Je la reprendrai lorsque la clarté du jour s’enfuira sans un bruit. Nulle chaîne pourtant n’entravera ma fuite, nulle impitoyable volonté ne guidera mes mains jusqu’à cette Eau glacée. J’irai, droite et sans faillir, comme toujours j’ai marché, me perdre et me noyer au plaisir et à la terreur de l’Histoire d’O…
 
« DébutPréc123SuivantFin »

Page 2 de 3

Animé par Joomla!. Valid XHTML and CSS. Created by Miriam Blaylock.